Un centre sportif : piscine, patinoire (concours, 2012)

Chef de projet du concours pour un centre sportif (piscine scolaire, patinoire hivernale couverte et gymnase) au lieu-dit Les Rojalets, en Suisse. Avec Hélène Duault, au sein de l’agence Beckmann N’Thépé & Associés (hiver-printemps 2012).

 

Plan 1

Coupe 1

 

« A ciel ouvert »

À ciel ouvert, des jeux d’eaux, des jeux d’états, sans états d’âme. D’une pellicule de glace domestiquée à un bassin chauffé et aseptisé, l’eau dans tous ses états fonde le programme tout autant que le concept architectural : l’horizontalité toujours subtile de ces états changeants, la fluidité instable, l’éphémère sont les composantes d’un projet à la fois mesuré, ambitieux et respectueux de son environnement proche.

Depuis le parking commun, abondamment planté, on accède à un cheminement paysager qui contourne le bâti, révélant les terrains de sport au fil d’une promenade longeant la patinoire par le sud. Travaillée dans une pente légère, elle guide jusqu’au hall d’accueil, pièce d’articulation du programme, qui dessert à la fois patio, espace nautique et cafétéria. Encore plus loin, la connexion avec le lycée.

Tout du long, la porosité invoquée par le projet invite quant à elle le visiteur à pénétrer librement sous les couvertures, et place l’espace couvert polyvalent de la patinoire dans une situation d’adaptabilité et de fonctionnalité extrême. Délicatement enveloppé dans un rideau au gré des saisons, celui-ci s’abrite docilement des intempéries, tandis que des volumes fragmentés, dans lesquels sont répartis les fonctions du programme, viennent soutenir spatialement sa centralité, et offrir un support aux gradins qui s’y installent au milieu d’une végétation abondante.

Un même principe de fragmentation poreuse se développe dans tout le projet, et c’est ainsi que, confortablement installé dans un paysage aérien de gradins végétalisés, le visiteur savourera aussi, avec le spectacle offert par les nageurs parcourant le bassin quelques mètres en contrebas, la neige se déposant sur les arbres plantés près de lui, de l’autre côté d’une paroi vitrée discrète, garante du confort intérieur de l’espace nautique.

Allégorie du phototropisme, une porosité verticale permet au végétal de s’enfuir à travers elle : sous les ouvertures de la toiture, des jardins, à ciel ouvert. Et au travers des excroissances qui s’y développent, il semble que le toit lui-même cherche à s’échapper vers la lumière…

 

Facade 1

Coupe 2