Une réhabilitation sincère (1) (appartement, 2014)

Reconstruction complète d’un petit deux-pièces dans le 18e arrondissement parisien en 2014. Mission conception complète et construction partielle des travaux en tant qu’artisan ; maîtrise d’ouvrage privée ; surface 29m2 ; budget 25.000€.

PLAN

Une transformation par valorisation de l’existant (redécouverte des briques derrière le plâtre, du parquet massif sous le lino, des alcôves le long des cheminées autrefois cachées par des placards, des petits carreaux de carrelages de la cuisine, etc.). 

Pano2.jpg

Le réseau électrique est laissé apparent en plafond, et descend ensuite dans des « totems » bois dessinés sur mesures : il n’y a aucune saignée dans les murs de l’appartement. Ce système de « totem » en bois accueille toute l’électricité – prises de courant, interrupteurs et câbles –, et de câbles suspendus au plafond existant qui connectent les totems au tableau électrique installé dans une boite de bois à l’entrée de l’appartement… Les câbles servent à rythmer les pièces et desservir au passage les plafonniers, les totems rythment les murs, servant aussi à l’occasion de poteau d’angle. 

totem.jpg

Rendre les réseaux visibles, c’est d’une part les rendre accessibles – ce qui facilite leur entretien, réparation et surveillance et donc leur durabilité -, et d’autre part c’est faciliter leur mise en œuvre. Cette démarche ouvre la possibilité d’une construction de qualité (nécessairement soignée, puisque les réseaux sont désormais apparents et que donc tout détail compte), tout en respectant fortement l’existant, en évitant tout besoin de « saignées » dans les murs existants. Outre ses promesses architecturales, la démarche est aussi pensée comme une méthode de capacitation de l’habitant : cela signifie non seulement que l’usager est conscient de la présence des réseaux, leur quantité et qualité, mais aussi qu’il est capable d’un prendre soin plus efficace de ces derniers. En tout cela, il est question d’une pensée de cohérence entre éthique et esthétique qui permettrait d’éviter les simulacres, décors et autres masques de la conception spatiale.