L’art d’habiter la Terre. La vision biorégionale

« L’art d’habiter la Terre. La vision biorégionale » est la première version française de l’ouvrage biorégionaliste fondateur de Kirkpatrick Sale « Dwellers in the land. The bioregional vision », paru pour la première fois en 1985 au prestigieux Sierra Club Books. Un ouvrage historique, marquant pour tout les mouvements biorégionalistes à l’international. La version française préfacée, co-traduite avec Alice Weil, est parue aux éditions Wildproject début 2020, avec une préface inédite de Sale et une postface du philosophe Sébastien Marot.

Voir l’ouvrage sur le site de l’éditeur par ici.

Recensions de l’ouvrage :

Ecologie. Les pieds sur terre ? Chiche ! (par Serge Audier, Le Monde, 2020) 

Biorégions, et au milieu coule une frontière (par N. Celnik, Libération, 2020)

L’écologie est-elle une affaire globale? (par M. Faujour, Marianne, 2020)

Des anars californiens aux collapsologues : l’avenir est-il aux « biorégions » ?, (par R. Noyon, Nouvel Obs, 2020)

CP-Bioregion

K Sale

La recherche architecturale

« La recherche architecturale. Repères, outils, analyses » est un ouvrage à visée pédagogique situé entre épistémologie théorique, ouvrage historique et manuel pratique à destination de la recherche en architecture. Il est adressé aux étudiants en Master d’architecture autant qu’aux doctorants, enseignants, chercheurs et agences d’architectures intéressées par le sujet. Il est paru aux éditions de l’Espérou en septembre 2019 avec des illustrations de Chloé Gautrais, prenant ainsi la suite du précédemment paru « La conception architecturale« .

4e de couverture

Qu’est-ce que la recherche en architecture? A cette épineuse question historique, le présent ouvrage répond en présentant quelques repères historiques, un outil méthodologique complet et des analyses critiques fouillées. Adressé aux étudiant-e-s de Master autant qu’aux doctorant-e-s ou aux agences qui souhaiteraient se tourner vers la recherche, il tente une synthèse accessible et rigoureuse à la fois, pleinement engagée en faveur du développement de ce champ en plein bouleversement.

Le livre présente aussi la toute première traduction française du célèbre article « Trois mythes et un modèle » (Three myths and one model) de l’architecte anglais Jeremy Till, augmenté d’une introduction inédite de l’auteur.

Disponible dans toutes les bonnes librairies, dont en ligne sur le site de la Librairie Mollat.

 

Les territoires du vivant. Un manifeste biorégionaliste (2018)

« Les territoires du vivant. Un manifeste biorégionaliste » est à la fois un manifeste engagé et en même temps un ouvrage de recherche analytique sur le mouvement biorégionaliste américain, ses réceptions et poursuites européennes. Au croisement entre histoire et philosophie, il vise à confronter la théorie biorégionaliste à l’architecture autant qu’à en dessiner les potentialités contemporaines. L’ouvrage est paru en octobre 2018 aux éditions François Bourin. A retrouver sur le site de l’éditeur par ici.

Illustrations d’Emmanuel Constant.

4e de couverture

Comment continuer d’habiter ce monde étrange, accéléré, qui préfère le jetable au durable, le virtuel au réel, la nouveauté à la pérennité ? L’architecture peut-elle encore faire sens, à l’heure où se multiplient les villes aseptisées, et où nous vivons toujours plus déconnectés des milieux qui nous accueillent ? Dans ce contexte, envisager une « réhabitation biorégionale » de la Terre se veut un geste critique et salvateur à la fois. Il y a urgence à penser une architecture et des sociétés capables de travailler avec les spécificités des environnements qui sont les leurs : en suivant par exemple la chaleur où elle se trouve et en utilisant les pièces différemment selon la saison, en envisageant une place particulière pour la technologie et les écrans afin de garder des espaces ouverts sur le milieu ambiant, en trouvant des alliances nouvelles entre végétal, ensoleillement et ventilation, en ouvrant la possibilité de partager certains lieux avec des insectes, dans le cadre de composts ou potagers domestiques… L’éthique biorégionaliste développée dans ce manifeste engagé déplace nos manières de voir le monde et ouvre des pistes radicales, pour remettre l’architecture au service du vivant et de ses territoires, et d’une société plus juste et équitable.

Copyright Emmanuel Constant.png

ISBN : 979-10-252-0420-7, 256p.

Reconnaissances

– Ouvrage sélectionné dans Les meilleurs livres de 2018 de la revue en ligne Le Comptoir, qui note son « l’immense mérite » de l’ouvrage « d’offrir pour la première fois au public francophone une présentation du mouvement bio-régionaliste ».

– Ouvrage décrété « remarquable » et « absolument formidable » par Le Genre Urbain qui y a consacré sa Minute urbaine en janvier 2019.

– « Biorégions, et au milieu coule une frontière« , article de Libération faisant la part belle à l’ouvrage en février 2020.

« Des anars californiens aux collapsologues : l’avenir est-il aux « biorégions » ? », article du Nouvel Obs qui met en perspective quelques unes des théories défendue dans cet ouvrage, mai 2020.

L’hypothèse collaborative (co-dir., 2018)

« L’hypothèse collaborative, conversations avec les collectifs d’architectes français »  est un ouvrage de recherche collectif sous la co-direction de l’agence d’architecture, d’urbanisme et de paysage Georges et de Mathias Rollot, en collaboration avec l’ex-plateforme Lamaa (L’atelier pour le maintien d’une architecture artisanale). L’ouvrage est paru aux éditions Hyperville en mai 2018. Il a fait l’objet d’un événement dans le Pavillon Français de la Biennale d’Architecture de Venise (commissariat : Encore Heureux) le 23 juin 2018 ; et d’un autre au Pavillon de l’Arsenal le 27 octobre 2018.

OUVRAGE EN LIBRE ACCES DEPUIS MARS 2020

Sommaire

Introduction : Georges, Mathias Rollot

Points de vue : Julien Boidot, Enrico Chapel, Elise Macaire

Partie I – Faire sur le terrain pour savoir comment faire : Edith Hallauer, Encore Heureux, Aurore Boutry-Jacob, Bellastock, David Blondeau, Quatorze, Delphine Négrier, MIT, Collectif Etc, Alice Frémeaux, Parenthèse, Fil, Frédéric Bonnet.

Partie II – Faire sur le moment pour faire avec : Cécile Diguet, Bruit du Frigo, Pascal Allançon, Saprophytes, Alexandre Labasse, Cochenko, Carton Plein, Edouard Letailleur, YA+K, Marion Waller, Yes We Camp, Approches, Paul Citron.

Partie III – Faire sans, faire autrement : Mathias Rollot, Echelle Inconnue, Flavien Menu, ANPU, AAA, Paul Jarquin, Bergers Urbains, 2M26, Olivier Caro, Philippe Rizzotti

Ouverture : Julia Tournaire.

Postface de l’éditeur : Hyperville.

ISBN : 978-2-9552985-7-2

Récensions de l’ouvrage

– Alice Dubet, AMC, 20 juin 2018.

– Le Moniteur, service architecture et urbanisme, 3 septembre 2018.

– Revue en ligne Midi:onze, 7 septembre 2018.

– Ordre national des architectes, 19 février 2019

Repenser l’habitat (co-dir., 2018)

« Repenser l’habitat : alternatives et propositions» est un ouvrage de recherche collectif sous la direction de Mathias Rollot et Florian Guérant, préfacé par Dominique Gauzin-Muller, paru fin mars 2018 aux éditions Libre et Solidaire à Paris avec les contributions de :

Céline Andréault, Benjamin Aubry, Soraya Baït, Antoine Begel, Boris Bouchet, Marie-Charlotte Dalin, Julia Tournaire, Paul Devaux, Matthieu Delatte, Cécile Vandernoot, Mélanie Heresbach, Sébastien Renauld, Pablo Feix, Federico Ferrari, Mélanie Fistarol, Georges, Gaspard Graulich, Cécile Leroux, Olivier Mongin, Léa Mosconi, Claire Pottiez, Jean Réhault, Charline Sowa, Simon Teyssou, Dimitri Toubanos, Marc Verdier, Rémy Vigneron ; ainsi que deux traductions inédites de textes de Giovanni Corbellini (original italien, traduction Mathias Rollot) et Kyle Chayka (original américain, traduction Jennifer Brouck et Mathias Rollot), et enfin la republication d’un texte de Bernard Charbonneau intitulé « La fin du paysage » (du livre épuisé du même nom).

 

OUVRAGE DISPONIBLE EN LIBRE ACCES DEPUIS MARS 2020 ! 

 

4e de couverture

« Habiter a toujours été une préoccupation majeure. Ce recueil collectif cherche à faire apparaître quelques-unes des manières qu’ont architectes, urbanistes, paysagistes, artistes, designers, chercheurs, philosophes ou historiens d’être force de proposition en la matière. Nombreuses sont les interrogations, tant les situations sont multiples et particulières selon leur implantation… De ces systèmes et de leurs logiques de rendement économique à courte vue résultent des villes sans âme, se dégradant rapidement, véritables désastres écologique et financier, niant l’esthétique et le « vivre ensemble ». Quelles expérimentations, quelles réflexions permettent aujourd’hui d’imaginer des issues aux problématiques écologiques, politiques, sociales, voire philosophiques, engendrées par l’omniprésence d’un habitat uniforme qui se répercute tant dans les banlieues que dans les villes nouvelles ? Refuser les modèles existants ne peut aller sans proposer des solutions concrètes vers des ailleurs plus soutenables écologiquement, mais aussi humainement parlant. Cela ne peut se faire qu’en retrouvant une alliance créatrice entre experts et habitants, une harmonie entre l’autonomie des habitants et la valorisation des compétences architecturales. »

ISBN : 9782372630412 ; 302p.

(dessin: Emmanuel Constant)

 

Critique de l’habitabilité (2017)

« Critique de l’habitabilité » est un ouvrage de recherche issu de la Thèse de Doctorat en Architecture « Elements vers une éthique de l’habitation », paru à l’automne 2017 aux éditions Libre et Solidaire, à Paris.

OUVRAGE DISPONIBLE EN LIBRE ACCES DEPUIS MARS 2020 

4e de couverture

A travers une enquête utilisant les concepts de la philosophie et de l’architecture, en passant par ceux de la critique sociale et de l’écologie, l’auteur décline les différents sens du mot « habiter ». Loin des discours convenus et démagogiques de la classe politique, il nous propose des interprétations inédites et novatrices. Cette critique de l’habitabilité est aussi une critique du système capitaliste ethnocentré qui veut imposer sa vision d’une société humaine uniforme n’ayant d’autre valeur que le profit. Cette réflexion nous montre qu’il existe mille et une manières d’habiter et de penser le monde. Elle nous invite à décoloniser nos imaginaires pour privilégier nos manières d’être en commun.

ISBN : 9782372630399, 227p.

Reconnaissances

– Ouvrage dans la sélection des livres de l’année 2017 d’Archiscopie (n°13, janv. 2018).

– Ouvrage dans la « Sélection éditoriale » de nombreux sites spécialisés : revue en ligne Archibooks (sélection de novembre), plateforme en ligne Chroniques d’architecture, revue en ligne ArchiLib, la Fondation de l’Ecologie Politique, librairie Quai des brumes, librairie Volume, etc.

Débats publics autour de l’ouvrage

« Sciences de l’habitabilité : intérêts, mythes et dépossessions », débat, Montreuil, Zeugma, octobre 2017.

La conception architecturale (2017)

« La conception architecturale, méthodes, réflexions, techniques », est un ouvrage à visée pédagogique oscillant entre épistémologie théorique et manuel pratique pour l’architecture. Il est paru aux editions de l’Espérou à l’été 2017 avec le soutien du laboratoire LIFAM de l’ENSA Montpellier.

4e de couverture

Qu’est-ce que le projet d’architecture, et comment le concevoir ? Oscillant entre réflexions théoriques et conseils pratiques, « ce guide » accompagnera les concepteurs, qu’ils soient étudiants, jeunes praticiens ou chercheurs en architecture. Au fil de vingt-six petits chapitres illustrés, il cherche à expliciter les différentes problématiques posées par le processus de conception, et à soulever, à l’occasion, quelques stratégies et tactiques à mettre en oeuvre pour s’y confronter.

Disponible et/ou à commander dans toute bonne librairie, et en ligne notamment ici.

CONCEP.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ISBN : 9782912261830, 208p.

 

Reconnaissances

– Ouvrage choisi par la revue AMC pour sa sélection des livres de l’année. Cf. AMC, Une année d’architecture en France 2017, janv. 2018.

– Ouvrage dans la « Sélection éditoriale » de plusieurs sites spécialisés, dont ArchiLib et la librairie Volume.

Débats publics autour de l’ouvrage

« Ecrire sur la conception architecturale », débat avec Margaux Darrieus, organisé dans le cadre des Rencontres de la Médiathèque de l’ENSAVT Marne-la-Vallée, janvier 2018.